Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

La Paléoécologie

 

 

           La Paléoécologie est la science qui étudie les relations entre les fossiles et leur environnement. C'est-à-dire les interactions des êtres vivants qui vivent dans un même milieu.       

           Elle se base sur le principe d’actualisme : les milieux anciens devaient ressembler à ce que l’on connaît des milieux actuels.

           Nous pouvons donc en déduire, avec plus ou moins d’exactitude, le comportement des animaux fossiles, leurs modes d’alimentation, et leurs lieux de vie. Mais il est difficile d’affirmer quoi que ce soit en matière de reconstitution des écosystèmes anciens, d’autant plus que des familles entières de fossiles ont disparu à tout jamais (trilobites, ammonites, …).

 

 vertebres-en-connexion.JPG

 

Le lieu de vie :

 

Trouver un site où les fossiles sont encore en position de vie est rare. La plupart des sites paléontologiques sont le résultat de transports (courants fleuves, estuaires, …). Le transport sur des distances plus ou moins importantes par les courants marins et les cours d’eau entraînent une destruction progressive des parties molles et une fragmentation, ainsi les restes d’organismes peuvent être transportés sur des dizaines voir des centaines de kilomètres au grès des flots. Les fossiles qui ont subi un transport occasionnés par des courants… se reconnaissent lorsque les angles sont arrondis, les fossiles sont usés, roulés, cassés, démembrés… ils sont mélangés avec d’autres espèces provenant d’autres milieux. Il arrive fréquemment que les organismes transportés se rencontrent en importantes concentrations, soit sur une couche géologique (calcaires à entroques, faluns, …), soit sous forme de poches où les restes fragmentés se sont fait piéger dans des dépressions du sol puis recouvert de sédiments. Parfois il est possible de voir de nombreux fossiles tous alignés dans le même sens : c’est dû à l’action des anciens courants.

 

           Des fossiles peuvent rester en surface du sédiment un certain temps avant d’être enseveli sous le sédiment. Les fossiles sont alors encroûtés par des huîtres, des vers, des bryozoaires, ...

 

           Les individus trouvés sur le site même de leur lieu de vie sont souvent victimes d’une catastrophe… Lorsque l’on trouve un fossile fragile avec tous ses éléments : parties molles, … (oursins avec ses radioles, crinoïdes et vertébrés avec les éléments en connections, bivalve avec ses deux valves), c’est que l’animal s’est retrouvé enseveli immédiatement après sa mort et à l’endroit où il vivait. À moins que cela ne provienne d’un milieu asphyxiant, telle qu’une tempête de sable ou de vapeur novice, empêchant tout prédateur ou microbe à détruire l’animal.

 

oursin-complet.JPG

 crinoide-complet.JPG

 

C’est souvent le cas des sites appelés « Konservat-Lagerstätten», tel que : Green River Formation, Mazon Creek, schistes de Burgess, calcaire de Solnhofen,  Holzmaden,  la Voulte-sur-Rhone, Schiste de Messel, …

   

parties-molles.JPG

       

           Les paléosols sont des sols fossilisés qui ont été préservés et ont été rapidement ensevelis par le sédiment. Les paléosols se reconnaissent par des traces d’activités :

- des pistes de locomotions : il peut y avoir des empreintes de pattes, mais aussi la trace de la queue ou du ventre de l’animal.

- Des terriers fait par des vers, des organismes foreurs tels que les crustacés, certains bivalves… qui sont souvent sous forme de tubes plus ou moins bien organisés.

- Des traces de reproduction telles que des œufs.

- Des aires de repos qui sont les traces qu’ont pu laissées les animaux (étoile de mer, …) sur le sol (à ne pas confondre avec un moulage externe).

- Des coprolithes qui peuvent parfois contenir des restes de carapaces d’insectes ou de crustacés, de petits os de poissons, des écailles, bref tout ce que l’animal a pu manger.

Les paléosols peuvent aussi être des traces de gouttes d’eau laissées par la pluie, des fentes de dessiccation (assèchement du sol qui forme des petites crevasses), des figures de courants comme les ripple-marks résultant de l’action des vagues ou des courants, et parfois des traces de coquilles, de pierres, … qui ont été déplacés par le courant ou roulés sur un fond marin.

 

piste-trilobite.JPG

 

Sur certains sites, on peut voir dans l’ordre du bas vers le haut, des éléments grossiers, puis des graviers, des sables et enfin des boues, ce sont des dépôts de sédiments qui sont dus à des déplacement de sédiments par des courants ou l’embouchure d’un ancien fleuve. Lors de ces transports, les fossiles sont triés par tailles de même que les débris et les cailloux. Il est donc logique de trouver les gros fossiles avec les gros matériaux, les petits fossiles avec les petits alluvions.

 

fossile.JPG

 

Quoi qu’il en soit, il faut vous poser les questions suivantes :

- Quel est l’état et la qualité des fossiles trouvés ? (transport, …)

- Y a-t-il des traces d’activités ? Est-on en présence du lieu de vie ?

- Quelles sont les différentes espèces trouvées, …?

- De quelle nature est la roche ? (sédimentaire, …)

- A quelles couches géologiques avez-vous affaire ? (Muschelkalk, …)

- Et enfin,  le fossile découvert correspond-t-il à l’étage géologique ? (couche géologique remaniée, cône d’effondrement, …)

 

 feuille-fossile.JPG

 

Partager cette page

Repost 0
Published by